Original et spontané, tel est l’univers d’Alison Bounce. Cette jeune photographe se plaît à saisir l’instant et capturer le moment présent. Avec elle, pas de sourire figé ni de pose solennelle. Ses photos de mariage, de naissance et de maternité sont uniques. Sienna Paris a eu un vrai coup de cœur pour elle. Rencontre.  

Sienna Paris : Votre parcours est atypique. A l’origine, rien ne vous prédestinait à la photographie ?

Alison Bounce : Oui, à la fin de mes études, j’allais m’engager dans l’armée de l’air pour être pompier. Et je me suis rendue compte que ce n’était pas ce que je voulais. Et puis on m’a mis un appareil photo dans les mains en me disant « tu es une artiste, essaye d’en faire quelque chose ». J’ai fait mon premier shooting, qui a reçu des retours très positifs de la part de mes proches mais aussi d’inconnus sur les réseaux sociaux. Je me suis donc lancée dans la photographie pendant 2 ans, en parallèle de mes études. Et à la fin de mon diplôme, je suis partie faire le tour du monde en sac à dos, toute seule, pendant 6 mois. Un vrai coup de folie ! J’ai commencé à photographier, non pas pour les autres mais pour moi, en essayant de retranscrire ce que je voyais et ressentais. J’ai publié mes photos sur un blog de voyage, que j’ai créé en français et en anglais. Et là, j’ai reçu des messages du monde entier, me confiant qu’on pouvait revivre ces moments de voyage grâce à mes photos. 

Dès mon retour en France en février 2014, j’ai eu beaucoup de demandes. Les gens qui avaient vu mes photos de voyage me demandaient de photographier leur mariage, maternité, la naissance de leur enfant. Alors je me suis lancée dans cette folle aventure.

Sienna Paris : Comment expliquez-vous cet engouement ? 

Alison Bounce : J’ai du mal à l’expliquer car je n’ai rien fait pour. Tout est parti de simples photos de voyage. J’ai dit oui aux propositions et j’ai vraiment trouvé ce qui me plaisait. Depuis 2 ans, je fais des photos de maternité aquatique, pour aller encore plus loin dans l’aspect créatif. 

Sienna Paris : Comment est née cette envie de photographie les futures mamans sous l’eau ?

Alison Bounce : C’est encore lié au voyage. Il y a 2 ans, je suis retournée aux Philippines pour faire de la plongée. A côté, une femme enceinte se baignait et son paréo flottait dans l’eau. Cette scène était magnifique. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire. Si j’avais eu mon appareil photo à ce moment-là ! 

Sienna Paris : Les conditions doivent être très techniques ?

Alison Bounce : Oui, j’ai dû passer des diplômes de plongée et d’apnée. J’ai aussi des notions de secourisme et toutes les séances sont encadrées par un maître-nageur. Il faut bien sûr être à l’aise dans l’eau et avoir une bonne maîtrise de son corps. C’est vraiment une pratique qui m’a permise de me surpasser car auparavant j’avais très peur de l’eau ! 

Sienna Paris : Et c’est aussi une expérience pour la maman ?

Alison Bounce : Tout à fait, cela dépasse la simple séance photo. L’approche est différente et va au-delà du souvenir, c’est une véritable expérience. Les papas sont aussi les bienvenus ! Je propose des séances à plusieurs, avec le papa et les autres enfants s’il y en a. L’idée c’est de s’amuser tous ensemble et d’avoir des souvenirs uniques. 

Sienna Paris : Il arrive aussi qu’on finisse dans la piscine à certains des mariages que vous avez photographiés ?!

Alison Bounce : Oui, c’est le mariage de Jonathan et Claire ! Il faisait très chaud et on avait 1h30 d’attente entre la mairie et l’église. Les filles discutaient au bord de la piscine. Jonathan m’a regardé, l’air de me dire « Es-tu prête ? » et je l’ai vu prendre son élan et sauter dans la piscine tout habillé, c’était juste extraordinaire ! Un moment improbable qui a changé la donne du mariage. Les photos sont mémorables, c’était vraiment super. 


Sienna Paris : Vous avez une approche originale pour photographier les mariages. D’où vient-elle ?

Alison Bounce : J’essaye d’avoir une approche journalistique. Je cherche à capturer le lien humain, la connexion entre toutes les personnes sur place. Ma ligne directrice, c’est de photographier tout ce qui se passe, pour que les mariés puissent revivre la journée en ouvrant leur album photo. 


Cela passe par des détails pour contextualiser et aussi par des scènes atypiques car un mariage ne se passe jamais comme on l’attend. Toutes ces choses improbables font partie de l’histoire du mariage donc il est important de les capturer. J’essaye de sortir des codes traditionnels. Ce que je veux c’est ressentir une journée telle qu’elle l’a été et je cherche le moment et l’émotion avant tout.